Technique du vide pour la fabrication de cellules

Les wafers produits sont transformés en cellules photovoltaïques. Pour cela, les wafers sont dopés et traités en surface lors de procédés successifs de sorte que les cellules soient en mesure de convertir l’énergie solaire en énergie électrique. Habituellement, du phosphore est diffusé dans le wafer afin de créer la jonction P-N. Une fois les arêtes isolées, le procédé de revêtement plasma donne aux cellules leur couleur bleue caractéristique.

Pour finir, les cellules sont mises en contact électrique au moyen d’un procédé de sérigraphie, autant au niveau de la face avant que de la face arrière. C’est par l’intermédiaire de ces contacts que l’électricité générée sera transférée ultérieurement depuis la cellule.

Schmalz GmbH
Eigentalstrasse 1
8309 Nürensdorf
Suisse

T: +41 44 888 75 25
F: +41 44 888 75 29
schmalz@schmalz.ch
Carte de visite

Formulaire de contact


Exigences envers la technique du vide

Grand volume de production
Lors de la fabrication de cellules, on exige également des temps de cycle de moins d’une seconde. En raison des grandes accélérations, le préhenseur doit fournir des forces de préhension et des forces latérales élevées. Dans ce but, le préhenseur de cellule photovoltaïque SWGm prend en charge pendant la manipulation les tâches de contrôle et de vérification grâce à des capteurs à intégrer en option.

Taux de casse restreint
Un taux de casse restreint influence également considérablement le volume de production. L’accent est donc nettement mis sur une manipulation des cellules la plus soigneuse possible. Le préhenseur spécial SWGm se distingue notamment par ses taux de casses minimaux par rapport à d’autres technologies de manipulation. Grâce à sa grande surface de contact et à la dépression réduite, le préhenseur génère une pression de surface minimale et permet un travail tout en douceur.

Manipulation sans laisser de trace
Il convient d’éviter toutes surfaces contaminées de cellules lors des nombreux procédés de la chaîne de production. Étant donné que des empreintes exercent une influence négative sur les procédés chimiques, il convient d’éviter la contamination notamment en ce qui concerne le revêtement plasma. Le préhenseur de cellule photovoltaïque SWGm, avec sa surface de contact en matière PEEK exempt de contamination, est la solution optimale. En outre, il est possible d’utiliser des ventouses en matière HT1, qui laisse peu de marques, lors de la production de cellules.

Séparation des cellules
La séparation des cellules requiert est très exigeante envers la technologie de préhension. La ventouse à coussin d’air SBS génère un volume de flux important. Celui-ci est utilisé afin de réaliser une hauteur de saut plus élevée lors de la séparation des wafers et des cellules. À l’aide des modules de ventouses à coussin d’air SBSm, qui peuvent être intégrés en option dans le préhenseur de cellule photovoltaïque, les avantages de ce dernier peuvent être combinés avec la hauteur de saut des ventouses à coussin d’air. En plus du contrôle de l’occupation, des mesures d’écart et de la détection de casse, les capteurs du préhenseur de cellule photovoltaïque SWGm permettent également d’identifier une double-occupation des cellules. Une détection de double couche dès le dépilage réduit considérablement les temps de cycle.


Technique du vide pour la fabrication de les cellules