100 ans d'histoire d'une entreprise

Histoire de l'entreprise

Les changements permanents des marchés sont un élément récurrent qui a marqué l'histoire de l'entreprise tout au long des années. La finitude des cycles de vie des produits et les répercussions pratiques des transformations technologiques n'ont eu de cesse de mettre Schmalz au défi.

La création de la fabrique de lames de rasoirs Johannes Schmalz à Glatten (Allemagne)

Lames de rasoir "Glattis"

Tout a commencé par la construction en 1910 d'une machine produisant des lames de rasoirs de qualité, par Johannes Schmalz. Aiguillonné par une prime promise par le directeur de la fabrique, il conçoit une machine fabriquant des lames de rasoir de qualité. Alors qu'on lui refuse la récompense qu'il mérite, ce bricoleur déterminé en tire les conséquences et quitte la fabrique de montres.  Pour concrétiser ses projets, il fait l'acquisition d'une huilerie actionnée par une roue à aubes sur le site actuel de Glatten et y crée en novembre 1910 la fabrique de lames de rasoirs Schmalz.

Dans ses débuts, c'est lui, inventeur astucieux originaire de la Forêt-Noire, qui conçoit et fabrique toutes les principales machines, telles qu'une rectifieuse et polisseuse automatique pour les lames de rasoirs.  La croissance continue de l'entreprise, au cours des années suivantes, finit par nécessiter l'achat de nouvelles machines. La fardeleuse de lames automatique achetée dans les années 20 avec une cadence de 70 lames de rasoirs à la minute montre le dynamisme de l'expansion de l'entreprise depuis ses débuts. À cette époque, l'entrepreneur noue des premiers contacts avec la Turquie et la Russie. Peu de temps après, il réussit à exporter un grand volume de lames de rasoirs en Chine et en Afrique.  

S'inspirant du nom du site de Glatten, la marque de lames de rasoirs Glattis voit le jour en 1938. Schmalz fait déposer le nom de la marque. Vendant jusqu'à 600 000 lames de rasoirs par mois, l'entrepreneur connaît un franc succès pendant plusieurs décennies.

L'époque des débuts de l'aviation et des nouveaux moyens de transport

Machine de Transport

L'arrivée du rasoir électrique après la Seconde Guerre mondiale oblige l'entreprise à se réorienter. C'est à cette époque que le fils du fondateur, Artur Schmalz, reprend les commandes de l'entreprise.  Cet ingénieur constate que les entreprises agricoles de la région utilisent de plus en plus des tracteurs pour lesquels il n'existe pas encore de remorques adaptées. Le jeune directeur  qui a déjà remporté un concours technique sur le thème de la direction des véhicules, lors de sa scolarité  travaille alors à la conception de la benne basculante Schmalz qui est particulièrement bien adaptée à la conduite sur pentes. Il s'empresse de faire breveter la roue d'appui utilisée pour la benne.

Les années suivantes, Artur Schmalz étoffe la gamme de produits de l'entreprise en y incluant d'autres engins de transport innovants destinés à l'agriculture ou à l'industrie. À cela s'ajoutent, en outre, des commandes pour la Poste et les Chemins de fer qui mènent l'entreprise sur la voie du succès. Vélivole passionné, il en vient à s'intéresser aux besoins en transport des aéroports. Très vite, il fait construire des chariots à bagages spéciaux, des pompes-service mobiles et des escaliers mobiles d'embarquement. Les années suivantes, Schmalz livre à tous les grands aéroports allemands mais aussi aux aéroports parisiens ses véhicules.

Au début des années 60, le chariot de séchage pour objets vernis devient un nouveau pilier de la production. Ces chariots assurent un processus de séchage rationnel des pièces de meubles et permettent leur stockage entre les différentes étapes de production. Au début des années 70, Schmalz vend près de 1 000 chariots de séchage pour objets vernis par an et approvisionne aussi bien l'Afrique que l'Amérique du Nord ou les pays de l'Europe de l'Est.

Nouvelle orientation vers la technique du vide

Ventouse

En 1984, Dr. Kurt Schmalz, le petit-fils du fondateur, reprend la direction de l’entreprise. En 1990, son frère, Wolfgang Schmalz, rejoint la direction. Pendant ses études, Kurt Schmalz avait déjà travaillé dans l’entreprise dans le cadre de divers projets et commandes. Au sein de l’entreprise, il découvre et développe tout son esprit d’innovation. Il en conclut rapidement que l’entreprise a besoin d’une nouvelle gamme de produits.

À l’occasion d’un salon, une grande entreprise d’ébénisterie lui demande de fabriquer un dispositif de fixation des panneaux de portes pendant leur usinage. C’est cette gageure qui amène Dr. Kurt Schmalz à recourir à la technique du vide. Il conçoit une table d’usinage spéciale comportant des ventouses et un générateur de vide commandé par air comprimé. L'opérateur actionne une pédale qui démarre alors le générateur de vide. Dès qu’une pièce est posée sur la table, elle y est aspirée et peut être pivotée ou retournée.  

Étant donné sa prospérité grandissante, l’entreprise ouvre en 1991 sa première filiale à l’étranger, à Nürensdorf en Suisse. 15 filiales supplémentaires suivirent jusqu’à aujourd’hui en Europe, en Asie et en Amérique. De plus, Schmalz dispose d’un vaste réseau de partenaires commerciaux dans plus de 60 pays du monde. Schmalz est ainsi représenté sur tous les marchés importants du monde.

Dans les décennies passées, Schmalz a marqué de son empreinte le marché de la technique du vide ; aujourd’hui comme hier, le levage et le déplacement de pièces à l’aide du vide recèlent un énorme potentiel. Ainsi, les composants pour le vide, par exemple, deviennent de plus en plus intelligents et fournissent aux utilisateurs des données de process importantes. Ici aussi, Schmalz est un véritable précurseur : Un pressostat-vacuostat envoie des informations directement au smartphone ou à une tablette par NFC (Near Field Communication), une nouveauté absolue dans le domaine de la technique d’automatisation. Grâce à ce produit, Schmalz s’inscrit en 2016 dans le « top 5 » du Hermes Award, l’un des prix industriels les plus importants du monde.

Schmalz n’hésite pas à innover, comme le montrent ses débuts prometteurs dans un nouveau secteur d’activité : Pour le développement et la fabrication de solutions pour systèmes d’économie d’énergie, Schmalz exploite son profond savoir-faire en matière de systèmes de fabrication ainsi que de technique de manipulation et de matières plastiques.

En 2016, Andreas Beutel, un spécialiste de la production d’expérience internationale, rejoint la direction de l’entreprise.

Flexibilité, force d’innovation et orientation absolue sur le client caractérisent l’histoire mouvementée de l’entreprise et sont en même temps à la base d’un avenir prospère.